mercredi 17 janvier 2018

California girls - Simon Liberati


Lecture faite en novembre 2017.

Titre du livre :
California girls
Auteur :
Simon Liberati
Editions :
Grasset / Le livre de poche
Genre :
roman
Date de sortie :
Septembre 2016
Pages :
337
Mots clés :
Meurtre, Californie, fait divers, violence, secte, années 60

Résumé éditeur :
« En 1969, j’avais neuf ans. La famille Manson est entrée avec fracas dans mon imaginaire.  J’ai grandi avec l’image de trois filles de 20 ans défiant les tribunaux américains, une croix sanglante gravée sur le front. Des droguées… voilà ce qu’on disait d’elles, des droguées qui avaient commis des crimes monstrueux sous l’emprise d’un gourou qu’elles prenaient pour Jésus-Christ. Plus tard, j’ai écrit cette histoire le plus simplement possible pour exorciser mes terreurs enfantines et j’ai revécu seconde par seconde le martyr de Sharon Tate. »
Los Angeles, 8 août 1969 : Charles Manson, dit Charlie, fanatise une bande de hippies, improbable « famille » que soudent drogue, sexe, rock’n roll et vénération fanatique envers le gourou. Téléguidés par Manson, trois filles et un garçon sont chargés d’une attaque, la première du grand chambardement qui sauvera le monde. La nuit même, sur les hauteurs de Los Angeles, les zombies défoncés tuent cinq fois. La sublime Sharon Tate, épouse de Roman Polanski enceinte de huit mois, est laissée pour morte après seize coups de baïonnette. Une des filles, Susan, dite Sadie, inscrit avec le sang de la star le mot PIG sur le mur de la villa avant de rejoindre le ranch qui abrite la Famille.

Mon avis :

Ce livre n’est pas à recommander aux âmes sensibles. L’auteur place le meurtre de Sharon Tate au cœur de son roman. Il décrit l’horreur et la barbarie de cet acte ignoble commis dans les années 60 par des hommes et femmes sous l’emprise du gourou Charles Manson.
Les thrillers, romans noirs ou d’horreur ce n’est vraiment pas mon genre favori mais cependant j’adore les émissions télé d’enquêtes criminelles et de faits divers. Et ce fait divers en particulier m’intriguait lorsque l’on a appris la mort de Charles Manson en novembre 2017. Je me suis donc penché vers ce roman qui était dans ma PAL depuis quelques mois, que j’avais déniché en occasion.

Le roman est court et se lit vite. Mais il m’a marqué. Il m’a fait mal au ventre. Avec le recul, je crois même que je suis assez en colère. En colère à cause de la barbarie et de la connerie humaine mais aussi un peu en colère contre le livre car il ne m’a rien appris ni apporté à part un moment de lecture très malaisant.
On suit le point de vue d’une femme paumée sous l’emprise de Charles Manson qui participe au meurtre. Dans la secte ils sont plusieurs et vivent en groupe, dans des conditions d’hygiène déplorables, ils vivent nus, ont des relations sexuelles non protégées entre eux, ils mangent mal, et passent leur temps à se droguer et à voler pour avoir ce dont ils ont besoin. Ce sont des déchets.
Je ne sais pas si je suis déçue mais je m’attendais à en apprendre davantage sur Charles Manson mais ce n’a pas été le cas.
On n’apprend rien, on subit. Le passage à l’acte est horrible, on assiste au meurtre de Sharon Tate enceinte, c’est barbare, il y du sang partout, mais le pire c’est que les meurtriers sont défoncés et on a l’impression qu’ils ne se rendent pas compte de ce qu’ils sont en train de faire.

Je ne comprends pas où a voulu en venir l’auteur avec ce roman.
C’est une épopée sanglante du point de vue de jeunes gens sales, défoncés et influencés par leur gourou. C’est de l’horreur à l’état pur, ça glace le sang.

Est-ce que je vous le conseille ?
Non, car je n’ai pas compris l’intérêt de ce roman hormis montrer l’horreur et la barbarie. On subit le déroulement des 36 dernières heures de Sharon Tate et c’est malaisant. Mais si vous aimez les romans noirs ça pourra peut-être vous plaire.


En quelques mots :
Ce livre m’a retourné l’estomac, c’est cru et violent, aucune décence, aucune pudeur. Une lecture que j’essaye d’effacer de ma mémoire. 


Ma note pour ce livre :
2/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire