dimanche 19 mars 2017

Une vie entre deux océans - M.L Stedman


Titre du livre :
Une vie entre deux océans
Auteur :
ML Stedman
Editions :
Le livre de poche
Genre :
roman
Date de sortie :
Octobre 2014
Pages :
521
Thèmes :
Amour, couple, enfants, drame, Australie, vie dans un phare, culpabilité

Résumé éditeur :

Après avoir connu les horreurs de la Grande Guerre, Tom Sherbourne revient en Australie. Aspirant à la tranquillité, il accepte un poste de gardien de phare sur l'île de Janus, un bout de terre sauvage et reculé. Là, il coule des jours heureux avec sa femme, Isabel. Un bonheur peu à peu contrarié par leurs échecs répétés pour avoir un enfant. Jusqu'au jour où un canot vient s'échouer sur le rivage. À son bord, le cadavre d'un homme, ainsi qu'un bébé, sain et sauf. Pour connaître enfin la joie d'être parents, Isabel demande à Tom d'ignorer les règles, de ne pas signaler « l'incident ». Une décision aux conséquences dévastatrices ...

Mon avis :

Je n’avais pas versé une larme devant un bouquin depuis Avant toi de Jojo Moyes.
Une vie entre deux océans est le premier roman de ML Stedman et je l’espère, pas son dernier.
Absolument tout m’a plu dans ce livre. C’est un concentré d’émotions et de thèmes forts qui sont présents ici et qui m’ont transporté. Un magnifique coup de cœur !!

Nous ne sommes pas en présence d’une romance mais d’une histoire bouleversante entre un homme et une femme dont la vie va changer à jamais quand ils vont recueillir un bébé venu de l’océan.

Tom Sherbourne est un Australien qui rentre d’Europe après avoir combattu dans les forces alliées lors de la Première Guerre Mondiale. C’est un homme traumatisé et hanté par les atrocités qu’il a vécu que nous rencontrons, et qui rentre au pays avec la culpabilité du survivant puisqu’il a perdu de nombreux camarades au combat.

Afin de reconstruire sa vie après la guerre, Tom accepte un contrat de 6 mois en tant que gardien de phare sur la petite île de Janus au large de la côte sud-ouest australienne. La solitude et le quotidien très rôdé du phare lui fait du bien mais bientôt il rencontrera Isabelle sur le continent et tombera amoureux d’elle. Très vite le couple se marie et Isabelle décide de suivre Tom sur l’île car il obtient finalement le poste de gardien. Leur vie sur l’île tous les deux se déroule de façon paisible, le ravitaillement vient par bateau tous les 3 mois, ils vivent isolés mais amoureux.

Malheureusement le couple va rencontrer des difficultés à faire un bébé, Isabelle enchaine les fausses couches et son état de désespoir s’accroit.
Jusqu’au jour où, un soir de tempête, une barque vient s’échouer sur la petite plage, Tom découvre à son bord un homme mort et un bébé emmitouflé dans une couverture. L’enfant est en vie. C’est une petite fille.
Que décidera le couple à partir de là ? Quels choix s’offrent à eux ?
Cet événement sera à la fois une bénédiction et une malédiction. C’est le début de leur rêve mais qui pourrait se transformer en cauchemar.
Pour Isabelle c’est évident qu’ils doivent garder le bébé et l’élever comme s’il était le leur, pour Tom c’est plus compliqué. C’est un homme très droit mais éperdument amoureux de sa femme.

C’est tout ce que je vous dirais pour l’histoire, il se passe énormément de choses ensuite et il faut absolument que vous lisiez ce roman, c’est un petit bijou !
Ce livre pose la question de Jusqu’où est-on prêt à aller par amour ?

Des sentiments très forts sont au cœur de roman, l’amour d’un parent pour son enfant, la culpabilité, les mensonges, les conséquences dévastatrices qui peuvent découler de nos choix.

Rien n’est simple dans cette histoire, tout va se révéler au fur et à mesure et le lecteur ne peut qu’être captivé et porté jusqu’à la dernière page grâce à la très belle plume de l’auteure. Le combat des personnages m’a bouleversé, Tom et Isabelle, mais pas que.

Je me suis terriblement attachée aux personnages, surtout à Tom et à Lucy. Je me suis aussi beaucoup attaché au cadre dans lequel on évolue, en pleine nature sur une île en plein milieu de l’océan. Tom et Isabelle se sont créée un véritable petit cocon sur leur île et j’avais hâte de me replonger dans l’histoire et de les retrouver lorsque je reprenais ma lecture. 

Je ne me suis pas ennuyée une seconde pendant ma lecture, j’ai adoré de bout en bout, l’histoire est portée par un incroyable souffle romanesque et une écriture qui m’a conquise ! Simple, belle, efficace. On sent que l’auteure aime la nature car elle la met bien en valeur à travers les descriptions des paysages, et de la faune et la flore de l’île. Et puis je trouve que ces personnages sont très bien travaillés. 

Je suis séduite et j’ai adoré ce roman qui est plein de surprises, je vous le conseille chaleureusement !

Citations :

« Rien ne peut t’y préparer. Tu n’imagines pas à quel point un bébé peut percer tes défenses. A quel point il peut aller jusqu’au fond de toi. Une vraie attaque-surprise. » p.259

« Tom avait la sensation physique d’être pris au piège dans ce passé, prisonnier d’un vice qui enfonçait en lui chaque impression corporelle, chaque pensée coupable qui, avec les années, se ravivait. » p.275

« Le vieux barbu là-haut, il t’a donné une seconde chance, alors je me dis qu’il n’a pas été trop choqué par ce que tu as fait ou pas fait là-bas. Raccroche-toi au présent. Arrange ce qui peut être arrangé aujourd’hui, et laisse filer les choses du passé. Laisse-le reste aux anges, au diable ou à qui en a la charge. » p.277


En quelques mots :

Un roman magnifique, un petit bijou selon moi. Une histoire qui n’a rien de simple, qui émeut et vous prend au cœur, vous ne pourrez pas le lâcher !


Ma note pour ce livre :
5/5



J'ai chosi la dépression. La méthode infaillible pour ne plus se relever de son canapé - Dana Eagle


Titre du livre :
J’ai choisi la dépression.
La méthode infaillible pour ne plus se relever de son canapé
Auteur :
Dana Eagle
Editions :
Robert Laffont
Genre :
humour
Date de sortie :
Octobre 2016
Pages :
139
Thèmes :
Parodie, vie et habitude du dépressif, humour

Résumé éditeur :

Savoir entretenir une dépression durable et de qualité constitue un avantage décisif dans l'existence.
Apprenez à cultiver le regret, l'angoisse et la solitude.
Votre kit dépression :
- Un survêtement/pyjama
- Un canapé, mais le sol peut aussi faire l'affaire
- Un plaid qui vous servira de couverture, serviette, mouchoir, bavoir, protection contre le monde hostile.
La dépression peut résulter d'un événement traumatisant (votre naissance) ou vraiment traumatisant (celle de votre sœur).
Mais elle peut tout simplement advenir à la suite d'un divorce, d'une expérience de mort imminente ou d'une coupe de cheveux ratée.
Entretenir une dépression et vaincre le bonheur demande un peu de discipline au début, mais grâce à ce guide pratique et illustré, vous pourrez lister tout ce que vous avez gâché dans votre vie et vous verrez, ça ira tout seul

Mon avis :

J’ai reçu ce livre en partenariat et je remercie la maison d’éditions pour cet envoi. La dépression est un thème qui m’intéresse et j’étais assez curieuse découvrir ce livre.
Il est difficile à classer, je l’avais mis tout d’abord dans la catégorie « développement personnel » et puis je me suis vite rendu compte que ce n’est clairement pas le cas.

Ce livre est un anti-guide, qui va accompagner la personne tout au long de sa dépression en donnant les clés pour la réussir et s’y installer confortablement, en évitant à tout prix le bonheur.

Bien entendu le ton du livre est totalement ironique, et il ne faut pas le prendre au premier degré. Le ton de l’humour fait de ce livre une parodie de guide et permettra peut-être au dépressif de relativiser certains aspects de la maladie… ? A vrai dire je ne sais pas si ça aidera vraiment les personnes souffrant de cette maladie invisible, ça les fera peut-être sourire à plusieurs moments, mais personnellement je ne suis pas convaincue.

La lecture est sympa car agrémentée de listes et de dessins, l’auteure prend un malin plaisir à mettre le doigt sur les petits détails qui font mal, car oui la dépression est une maladie INCOMPRISE par la plupart des gens, et je pense malheureusement que ce livre n’aidera pas à la comprendre davantage car l’ironie constante pourrait être mal interprétée et prise comme de la moquerie, ça dépendra de l’interprétation de chaque lecteur.

L’auteure traite avec dérision de la vie du dépressif et de ses petites habitudes et honnêtement je n’ai pas saisi l’intérêt d’un tel choix.


La thérapie par le rire ?

L’originalité de ce livre, et c’est un point qui m’a plu en premier lieu, est qu’il vient à contre-courant de tous les livres de développement personnel prônant la pensée positive. Il fait un pied de nez à ce courant de pensée qui nous aide à atteindre le bonheur et à penser positif tout le temps. L’auteur met les pieds dans le plat, oubliez la pensée positive et autre guide de donneur de leçons optimiste, ici l’auteure vient bousculer avec humour le dépressif et les vrais mauvais côtés de la maladie, et nous fait apercevoir l’état d’esprit du dépressif, la partie immergée de l’iceberg.

L’être humain est parcouru de centaines de pensées négatives par jour et c’est justement ce qui nous rend humain. Il faut accepter les moments de doutes et de peur et ne pas vouloir les chasser à tout prix, il faut trouver un juste milieu.
L’idée principale de ce bouquin et c’est ce que je retiendrais, c’est que parfois, il faut prendre les choses avec du recul et savoir relativiser les petits tracas.

En résumé je ne vous conseille pas ce livre car même si dans la forme, le travail est plutôt bien réalisé (dessins, listes, cartes, exercices, questionnaires), dans le fond l’auteure condense de tas de clichés sur les dépressifs. Cependant on peut trouver dans ce livre à un second niveau de lecture, une petite critique de la société actuelle et de nos dépendances, et cela m’a plutôt plu.

Ce livre ne traite absolument pas de la dépression de façon médicale, c’est une évidence vu le titre ironique mais je tenais à le préciser.

Ce livre vous fera peut-être sourire et relativiser et après tout c’est surement déjà très bien, mais personnellement il ne m’a rien appris ni enrichie.

A vous de voir !

Je vous laisse quelques photos pour vous donner une idée du contenu :


En quelques mots :

L’auteure a pris le parti de traiter de la dépression sur un ton 100% ironique, même si quelques passages m’ont fait sourire je suis sceptique quant à l’intérêt de ce bouquin.


Ma note pour ce livre :
2,5/5





mardi 7 mars 2017

Cavale de Virginie Jouannet


Titre du livre :
Cavale
Auteur :
Virginie Jouannet
Editions :
XO Editions
Genre :
Roman à suspense
Date de sortie :
Janvier 2017
Pages :
411
Thèmes :
Meurtre, amnésie, fuite, souvenirs, enfance

Résumé éditeur :
Jeanne a oublié deux heures de sa vie.
Deux heures pendant lesquelles son compagnon a été poignardé.
À l’arrivée de la police, elle se souvient seulement s’être réveillée à ses côtés, dans une mare de sang.
Avant cela, rien.
Jeanne doit retrouver la mémoire.
Vite.
Quand commencent les appels anonymes, elle n’a plus le choix. Elle s’enfuit.
Au cours de sa folle cavale, il lui faudra dénouer les fils de son passé et faire face à une culpabilité d’enfance qui ne cesse de la ronger.

Avec Cavale, Virginie Jouannet nous entraîne dans la fuite éperdue d’une femme vers la liberté ; une femme épiée, traquée et victime de ses propres cauchemars. Un roman qui exprime, dans une langue lumineuse, la force cruelle des secrets.


Mon avis :

Cavale est un roman à suspense qui malgré qu’il soit très bien écrit ne m’aura pas transporté.
La tension est bien présente dès le début du roman puisque nous rencontrons Jeanne le personnage principal qui est en pleine crise d’amnésie. Elle est chez elle à Paris et à côté d’elle se trouve le cadavre ensanglanté de son fiancé. Elle est couverte de sang, complètement perdue, car elle a oublié ce qui s’est passé les deux dernières heures et bien incapable de répondre aux questions des policiers. En essayant de remettre ses idées en place, Jeanne décide de prendre la fuite.
Une preuve de sa culpabilité ? Vous découvrirez que ce n’est pas si évident que ça et vous ne pourrez plus lâcher le bouquin tant que vous ne saurez pas ce qu’il en est.

Au fil des pages, le suspense est très bien mené, on suit peu à peu Jeanne dans une cavale qui la mènera de Paris à Biarritz, et l’auteur distille de façon intelligente des pistes sur le passé de Jeanne, ce qui crée une curiosité intense du lecteur vis-à-vis de cette femme au passé compliqué.
Le roman est construit sur une alternance temporelle, entre chapitres au moment présent de la cavale et chapitres qui reviennent sur le passé de Jeanne. Ces chapitres écrits en italique qui font un peu penser à un journal intime, nous font découvrir l’enfance et l’adolescence de Jeanne, on y découvre sa sœur jumelle avec laquelle elle semble avoir une relation compliquée, son petit frère handicapé, et ses parents qui malgré les apparences cachaient une profonde tristesse.

J’ai un avis assez mitigé sur cette lecture. J’ai été déçue par la fin. Je m’attendais à une grosse révélation ou un gros retournement de situation car pendant tout le long de l’histoire l’auteur lance de nombreux thèmes intéressants comme par exemple : la cavale, la gémellité, le handicap, les violences conjugales, la drogue, la synesthésie, et l’amnésie, le harcèlement, et même l’emprise malsaine de certaines personnes.
Cette multitude de thèmes est à la fois une qualité et un défaut. L’auteur lance de nombreuses pistes et permet à son lecteur de se poser une foule de questions sur Jeanne. J’avais vraiment le cerveau en ébullition et j’attendais la fin avec impatience.
Mais clairement je trouve que la fin est décevante. J’en attendais trop et je n’ai pas été comblée. Si vous lisez ce livre ne faites pas la même erreur que moi, et n’attendez pas une fin spectaculaire. Les nombreux thèmes sont intéressants mais je n’ai pas toujours réussi à faire le lien entre les différents éléments.

Cependant je reconnais que Cavale est un roman très bien écrit. Virginie Jouannet a une plume très agréable et surtout elle creuse très loin la psychologie de ces personnages. Certains passages sur l’enfance et la famille de Jeanne transmettent un certain malaise et vous prennent aux tripes !

Je n’ai pas réussi à m’attacher à Jeanne, qui reste très mystérieuse même si on en apprend plus au fil des pages. L’auteur nous décrit à merveille les pensées les plus intimes de Jeanne. C’est une femme très touchante qui a une histoire bouleversante mais son côté nymphomane m’a surprise et je n’ai pas trop adhéré à la mini romance entre elle et Emil le réceptionniste suédois de l’hôtel de Biarritz.

Cavale est un roman à suspense bien écrit sur la fuite d’une femme qui va lutter pour retrouver ses souvenirs. Lors de sa cavale, elle va « accoucher » de certaines choses qui étaient bien enfouies au fond d’elle-même. Cette femme vous touchera forcément, vous serez curieux de lire ce roman jusqu’à la dernière page et j’espère que vous en serez satisfait. Personnellement je trouve que la fin n’est pas à la hauteur de toute la tension et le stress qu’on a éprouvé au cours de la lecture. A vous de vous faire votre avis.
 

En quelques mots :

L’histoire d’une femme en lutte intérieure pour retrouver ses souvenirs, a-t-elle tué son fiancé ? Mon avis est mitigé, j’ai aimé la plume de l’auteur et la psychologie des personnages bien développées mais la fin m’a déçue. La multitude de thèmes abordés rend la lecture très intéressante et addictive mais ça m’a perdu à la fin.
A lire si vous aimez ce genre et s’il vous tente !


Ma note pour ce livre :
3/5



lundi 6 février 2017

The Mortal Instruments tome 1 : La cité des ténèbres de Cassandra Clare


Titre du livre :
The Mortal Instruments tome 1 La cité des ténèbres
Auteur :
Cassandra Clare
Editions :
PKJ
Genre :
Fantastique jeunesse
Date de sortie :
2012
Pages :
571
Thèmes :
Chasseurs d’ombres, magie, sorciers, runes, anges, vampires, loup-garou

Résumé éditeur :
Clary n'en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d'un seul coup ! Mais le pire reste à venir. Sa mère a été kidnappée par d'étranges créatures et l'appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d'antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d'ombres. Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.
Mon avis :
C’est suite au visionnage du film que j’ai décidé de commencer à lire cette saga car j’avais eu un énorme coup de cœur pour l’univers des chasseurs d’ombres et pour les personnages de Clary mais surtout de Jace.
Je trouve que le résumé donne vraiment envie de lire ce livre alors je ne vous en dirais pas trop sur l’histoire.
Nous sommes en présence d’une héroïne Clary qui découvre brutalement que le monde dans lequel elle vit est peuplé de créatures surnaturelles et qu’elle a un rôle important à jouer dans la lutte contre les forces maléfiques. Elle ira de découverte en découverte, que ce soit sur son passé ou sur ses pouvoirs.
J’ai savouré ma lecture de bout en bout en la faisant durer sur une semaine. Ça se lit tout seul, et l’histoire m’a rendue accro à cette série. J’ai trouvé agréable c’est que l’auteur fasse souvent des rappels. En effet elle crée un univers très riche avec beaucoup de créatures, la société secrète des chasseurs d’ombres, et les différents clans, et l’auteur fait souvent des rappels pour ne pas perdre son lecteur et j’ai beaucoup aimé cet aspect-là.
Les scènes d’actions sont très nombreuses, les personnages intéressants, il y a du suspense et des révélations, en bref un excellent mélange qui font de ce premier tome un beau coup de cœur. L’auteur met en place les bases de son univers qui m’a totalement conquise et qui a un énorme potentiel. Si vous aimez les univers fantastiques avec des créatures étranges aux pouvoirs surnaturels lancez-vous dans The Mortal Instruments !
On est d’accord on est pas en présence d’une plume divine mais ce roman m’a fait passer un très bon moment, l’écriture est simple mais pas ennuyeuse, l’auteur crée un bon dynamisme entre récit explicatif et descriptif et dialogues dynamiques.

En quelques mots :
J’ai eu un beau coup de cœur pour ce premier tome plein de surprises dont l’univers m’a captivé du début à la fin. Le début d’une saga à très fort potentiel !

Ma note pour ce livre :
5/5



mercredi 1 février 2017

Hello February


Bonjour à tous,
Janvier se termine déjà.
Ce mois-ci aura été le mois du changement sur le plan professionnel. De ce fait j'ai été moins présente sur le blog et les réseaux sociaux. J'ai préféré me consacrer à ma formation théorique qui a duré deux semaines et je vais recommencer tout doucement à rédiger mes articles sur mes lectures passées. Car mon rythme de lecture lui n'a pas diminué et je suis heureuse d'avoir pu lire 6 romans (et demi!), 1 livre de "développement personnel" et 3 BDs. Je suis satisfaite de commencer 2017 sur un nouveau travail, j'espère que cela me portera, en tout cas ça me donne envie de foncer. Je prends la vie comme elle vient et je me sens beaucoup plus sereine ! J'ai l'impression que la machine est en route, plus question de faire marche arrière, je ne peux qu'avancer et bouffer la vie à pleine dents.
Les choses négatives qui nous arrivent ne sont pas forcément à rejeter, ce sont des épreuves qui nous permettront d'être plus forts. Personnellement tant que j'aurais des livres à lire et surtout l'envie de les lire, je serai heureuse.
Voici le récapitulatif de mes lectures de janvier avec les articles associés (sauf pour les BD que je ne chronique pas) :
BDs
- Elfes tome 4 L'élu des semi-elfes
- Elfes tome 5 La dynastie des elfes noirs
- Sambre tome 2 Je sais que tu serais là
ROMANS
- Audrey retrouvée de Sophie Kinsella  2,5/5
- Les piliers de la terre de Ken Follett  5/5
- Et je danse aussi d'Anne-Laure Bondoux et J-C Mourlevat    2,5/5
- Fantastic Beasts and where to find them (screenplay) de JK Rowling
- L'étranger d'Albert Camus
- The Mortal Instruments tome 1 La cité des ténèbres de Cassandra Clare
AUTRE
- J'ai choisi la dépression : la méthode infaillible pour ne plus se relever de son canapé de Dana Eagle

Lecture en cours : Une vie entre deux océans de ML Stedman (que j'adore !)

Ma lecture la plus marquante de ce mois de janvier est sans aucun doute Les piliers de la terre , ce roman est tellement dense et palpitant, j'ai adoré être plongé au cœur d'un petit village en Angleterre et voir toutes les intrigues et les enjeux liés à la construction d'une majestueuse cathédrale

J'ai également adoré le tome 1 de The Mortal Instruments, et découvrir l'univers des chasseurs d'ombres. Les personnages me manquent déjà et l'univers créé par l'auteur a un énorme potentiel. Il me tarde de me procurer le tome 2.

Depuis le début d'année je me sens l'âme romantique et en février j'ai bien envie de lire quelques histoires d'amour mais attention, pour que ça me plaise il faut qu'il y ai un minimum de complexité et d'originalité. Si vous avez des suggestions je suis preneuse !

Niveau acquisitions je me suis lâchée ce mois-ci et 9 nouveaux livres rejoignent ma bibliothèque !
J'ai hâte de vous montrer tout ça dans mon prochain BOOK Haul :)
J'envisage également de faire un Bookshelf tour sur ma chaîne, dites-moi si ça vous intéresserai.

J'espère que tout va bien pour vous et que 2017 a débuté comme vous le souhaitiez. J'aimerais bien savoir quelles ont été vos lectures du mois et celles que vous envisagez pour février.

Je vous souhaite de magnifiques lectures et vous dis à bientôt.
Bises xxx
Marie

lundi 23 janvier 2017

Et je danse aussi - Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat


Titre du livre :
Et je danse aussi
Auteur :
Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat
Editions :
JC Lattès / Pocket
Genre :
Roman épistolaire contemporain
Date de sortie :
Mars 2015
Pages :
280
Thèmes :
Secret, perte, amitié, écriture

Résumé éditeur :
La vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins.
Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, "grande, grosse, brune", pourrait devenir son cauchemar. Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre.
Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets.
Mon avis :
En voyant ce livre à la médiathèque je me suis dit qu’il avait tout pour me plaire, étant donné le coup de cœur que j’avais eu pour Quand souffle le vent du nord j’étais impatiente de me plonger de nouveau dans un roman épistolaire en échange d’emails. Malheureusement malgré l’originalité d’une écriture à 4 mains, je ressors de cette lecture assez mitigée.

Dans ce roman nous suivons deux personnages principaux, d’une part Pierre-Marie Sotto un écrivain qui a la soixantaine. Il a eu une belle carrière littéraire, et reçu un Goncourt mais il traverse actuellement une panne d’écriture. Il reçoit beaucoup de courrier de ses fans et notamment des manuscrits qu’il avoue ne pas lire.
D’autre part nous rencontrons Adeline, elle envoie une grosse enveloppe à Pierre-Marie et le contacte ensuite par email pour savoir s’il l’a bien reçu.
Puis Adeline se ravise et lui demande de ne pas ouvrir l’enveloppe, elle le met en garde car ce que contient l’enveloppe pourrait bien changer sa vie.
C’est comme cela que débute leur relation épistolaire et pendant tout le roman la plus grosse interrogation du lecteur sera : que contient l’enveloppe ?

Je trouve qu’il y a un gros déséquilibre entre la première moitié du roman et la seconde. Je me suis ennuyée toute la première partie car je ne comprenais pas l’intérêt de leur relation et je ne voyais pas ou les auteurs voulaient en venir. Puis on a une petite révélation qui crée une sorte de suspense et qui met le lecteur dans le doute pendant toute la deuxième moitié du livre. Les pistes amenées par les auteurs au fur et à mesure ont commencé à capter mon attention mais malheureusement même si j’ai trouvé cela agréable, ça ne rattrape pas toute la première partie que j’ai trouvé inutile et où je me suis ennuyée.

Ce qui m’a dérangé également c’est la complicité et la familiarité qui nait entre les deux protagonistes, qui est beaucoup trop rapide selon moi. En effet au bout d’à peine 50 pages (soit 15 jours et une dizaine d’emails) on passe de « cher monsieur » à « cher ami ». Je trouve que pour deux personnes qui ne se connaissent pas, cela arrive trop tôt et la proximité qui se crée ne m’a pas convaincu et m’a semblé « surjouée ». Le pire de tout c’est que le lecteur se sent exclu pendant une bonne partie du livre. On assiste à une conversation entre deux adultes mais sans se sentir impliqué une seule fois, cela rend la lecture difficile et peu intéressante.

Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages car je les ai trouvés faux et énervants. Pierre-Marie est un écrivain un peu arrogant et Adeline a tendance à se plaindre de son physique et de son poids, elle veut se faire plaindre et ça m’a énervé. A la fin on comprend un peu mieux les personnages et finalement l’histoire est assez sympathique, ça passe mais je n’arriverais pas à vous le conseiller, c’est vraiment à vous de voir si vous voulez vous lancer dans cette lecture.

La longueur des emails casse le rythme de lecture, et j’avoue que j’ai parfois lu en survolant car un email de plus de trois pages c’est beaucoup trop long ! Et cela s’est ressenti dans mon plaisir de lecture qui a été presque nul à cause de ce manque de dynamisme.

En quelques mots :
Une lecture en demi-teinte, je me suis sentie exclue pendant une bonne partie du roman, les échanges m’ont paru longs et inintéressants jusqu’à ce que l’intrigue avance enfin à un peu plus de la moitié du livre.
Petite déception.


Ma note pour ce livre :
2,5/5



jeudi 12 janvier 2017

Les piliers de la terre - Ken Follett - Un pavé passionnant


Je n’aurais jamais dévoré 1050 pages aussi vite. J’ai adoré ma lecture, je suis rentrée dans l’histoire dès le prologue et je ne me suis pas ennuyé une seule fois.


Titre du livre :
Les piliers de la terre
Auteur :
Ken Follett
Editions :
Le livre de poche
Genre :
Roman historique
Date de sortie :
Avril 1992
Pages :
1050
Thèmes :
Moyen Age, Angleterre, destin de famille, construction de cathédrale, épopée, guerre, amour



Résumé éditeur :

Dans l'Angleterre du XIIe siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent pour s'assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l'amour, ou simplement de quoi survivre.
Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle.
La haine règne, mais l'amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.

Abandonnant le monde de l'espionnage, Ken Follet, le maître du suspense, nous livre avec "Les Piliers de la Terre" une œuvre monumentale dont l'intrigue, aux rebonds incessants, s'appuie sur un extraordinaire travail d'historien

Mon avis :

Premièrement, les romans historiques de Ken Follett sont quasiment impossibles à résumer. Voici pour le contexte historique : nous sommes en Angleterre au XIIème siècle, alors que le roi en place meurt sans héritier direct, va se jouer une véritable lutte de pouvoir pour le trône ce qui entrainera des années de guerres civile.
Nous allons suivre de nombreux personnages pendant 40 ans de 1135 à 1174, nous les voyons grandir, se marier, avoir des enfants, voyager, se battre, découvrir qui ils sont. Ce qui est formidable et que j’adore dans ses romans c’est le lien qu’il y a entre chacun des personnages. Tout a un sens et tout est clair. Ken Follet fait partie des romanciers talentueux qui tisse habilement les destinées de ces héros.

Dans le prologue nous assistons à la pendaison d’un homme : Jack Shareburg, accusé de vol. Parmi les gens présents lors de son exécution, Ellen une femme étrange aux yeux dorés assiste impuissante à la scène. Il se trouve que c’est la compagne de l’homme qui s’apprête à mourir et qu’elle est enceinte de lui, et alors que le lecteur se trouve dans une tension dramatique qui s’intensifie au fil des lignes, Ellen lance une malédiction aux trois responsables de la condamnation de son mari. Ce prologue m’a passionné et m’a fait rentrer dans l’histoire instantanément.