samedi 30 juin 2018

Moi, Simon 16 ans Homo Sapiens - Becky Albertalli : une belle lecture



Titre du livre :
Moi, Simon 16 ans Homo Sapiens
Auteur :
Becky Albertalli
Editions :
Hachette
Genre :
Contemporain young adult
Date de sortie :
Avril 2015
Pages :
314
Thèmes :
Homosexualité, correspondance, famille, lycée, sentiments

Résumé éditeur :
Moi, c’est Simon. Simon Spier. Je vis dans une petite ville en banlieue d’Atlanta (traduisez : un trou paumé). J’ai deux soeurs, un chien, Bieber (oui, oui, comme Justin), et les trois meilleurs amis du monde. Je suis fan d’Harry Potter, j’ai une passion profonde pour les Oréos, je fais du théâtre. Et je suis raide dingue de Blue.
Blue, c’est un garçon que j’ai rencontré sur le Tumblr du lycée. On se dit tout, sauf notre nom. Je le croise peut-être tous les jours dans le couloir, mais je ne sais pas qui c’est. En fait, ça me plaît bien : je ne suis pas du tout pressé d’annoncer à tout le monde que je suis gay.
Personne n’est au courant, à part Blue… et maintenant cette fouine de Martin Addison, qui a lu mes mails et menace de tout révéler…

Mon avis :
Je termine Moi, Simon 16 ans Homo Sapiens, et je sors de cette lecture heureuse. C'est une histoire d'amour entre deux adolescents, tellement mignonne qui m'a fait craquer.
J'ai passé un super bon moment, mais il faut l'avouer l'intrigue reste quand même banale.
On évolue dans l'univers d'un lycée américain, c'est un lieu que j'adore retrouver dans les romans adolescents, j'aime de plus en plus lire des romans sur la jeunesse américaine.

Becky Albertalli s'applique à nous offrir une diversité de personnages ce qui est très plaisant et réussi.
Elle parle d'homosexualité, de coming-out, d'acceptation, d'amour et d'amitié.

On a une alternance de chapitres entre échange de mail entre "Blue" et "Jacques" et un récit à la première personne raconté par Simon. Les échanges de mails m'ont beaucoup plu et c'est ce que j'ai préféré lire. Ils sont écrits dans un langage assez soutenu, ce qui m'a étonné au début, mais au final ça m'a complètement séduite.

En ce qui concerne les points négatifs : la traduction m'a laissé perplexe parfois, certaines phrases ou expressions m'ont semblé bancales, mais il faudrait que je le lise en anglais pour vraiment pouvoir comparer. En tout cas je lirais d'autres livres de l'auteure mais en VO cette fois.


Ce que j’ai le plus aimé :
► la correspondance entre les deux adolescents
► le mystère autour de qui est Blue
► Simon

Ce que j’ai moins aimé :
► intrigue peu originale


Est-ce que je vous le conseille ?
Je vous le conseille si vous cherchez une bonne lecture adolescente qui se lit bien. C’est une belle histoire d’amour qui met du baume au cœur. L’auteure rend chaque personnage intéressant.

Citations :
« Et cette histoire d’orientation… ça me semble énorme. Presque insurmontable. Je ne sais pas comment leur révéler une chose pareille et retourner à ma vie de Simon après. Parce que si Leah et Nick ne me reconnaissent pas, je ne me reconnaîtrai pas non plus. »

« Je suis tout à fait d'accord pour dire que c'est agaçant que l'hétérosexualité (et la blancheur de peau, tant qu'on y est) soit la norme, ou que les seules personnes obligées de s'interroger sur leur identité soient celles qui n'entrent pas dans ce moule. » (p.152)


En quelques mots :
En bref, c'est un bonheur de lecture, une lecture détente par excellence, à emmener à la plage avec vous cet été !


Ma note pour ce livre :
3,75/5


mercredi 27 juin 2018

Reine des cendres - Erika Johansen : un beau coup de coeur




Lu en décembre 2017.

Titre du livre :
Reine des cendres (Reine du Tearling tome 1)
Auteur :
Erika Johansen
Editions :
Le livre de poche/ JC Lattès
Genre :
Fantasy
Date de sortie :
Octobre 2017
Pages :
601
Thèmes :
Royaume, guerre, pouvoir, amitié, justice, trahison

Résumé éditeur :
Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle a pris le pouvoir.

Le jour de ses dix-neuf ans, une garde l’escorte de son repaire à la capitale, où elle doit reconquérir la place qui lui revient de droit. Kelsea ne s’est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu’elle découvre vont la pousser à commettre un acte d’une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente.

Long périple semé d’embûches, plein de bruit et de fureur, de trahisons et de combats… Pour Kelsea, l’épreuve ne fait que commencer.

Mon avis :
Reine des cendres est le premier tome d’une trilogie de fantasy. Une adaptation cinématographique est prévue avec Emma Watson dans le rôle principal, ce qui me met en joie. J’ai adoré cette lecture, j’en ressort très enthousiaste et avec un beau coup de cœur pour cette aventure passionnante menée par Kelsea une héroïne intelligente et rebelle dont j’ai hâte de suivre l’évolution dans les prochains tomes.

/ !\ dans mon avis je vais dévoiler l’intrigue dans les grandes lignes, je ne spoile pas d’événement majeur mais si vous voulez ne rien savoir sur l’intrigue avant de lire ce livre, ne lisez pas ma chronique.

Le premier chapitre est très dense et on a beaucoup d'information sur le passé de Kelsea, et on y rencontre beaucoup de personnages.
Kelsea a 19 ans et elle est l’héritière du trône du Tearling. Elle quitte la chaumière où elle a été élevée et éduquée par ses tuteurs Carlin et Barty pour être future reine. Elle est escortée par une troupe d'une dizaine d'homme pour aller monter sur le trône occupé par son oncle le Régent.
Durant le voyage à cheval en forêt on y découvre Carroll, le capitaine de la garde et Lazarus surnommé La massue. Deux personnages hauts en couleurs que j’ai bien aimé et qui vont accompagner Kelsea au cour de son voyage.

Dans le chapitre 2, il y a une introduction de la Reine rouge et du pays Mort. La troupe est suivie et menacée d'un assaut proche alors Kelsea doit fuir sous la protection de Lazarus. En traversant le pays et en observant les champs et les paysans elle prend conscience de ses responsabilités et trouve injuste les différences et privilèges des nobles face aux paysans elle veut gouverner un pays juste et prendre la défense des pauvres.
Lors de son périple elle se fait enlever par un groupe d'hommes masqués, des voleurs.

L'identité du père de Kelsea est inconnue et ça m’intrigue beaucoup.

Kelsea est une lectrice mais elle a aussi des connaissances pratiques. Elle galère un peu à monter sa tente et à faire du cheval mais elle apprend ! Elle apprend à jouer au poker avec Fetch.
Son apprentissage de reine est passionnant, elle doit peaufiner son projet politique.

En début de chaque chapitre on a un extrait d'un ouvrage d'histoire de géographie ou de religion et j’ai trouvé ça très intéressant pour la compréhension du monde
L’événement historique important du Tearling est la Traversée, il est fait mention de l’ Ère pré-traversienne et post-traversienne. L’auteure nous offre un univers imaginaire de fantasy mais elle parsème des références à notre monde à nous, elle nous parle de continent américain et de nouvelle Europe. Le Tearling serait-il un endroit à la frontière de notre monde ?

Sa mère a signé un traité de paix avec la Reine rouge pour garantir la sécurité des habitants. Mais en arrivant à New London Kelsea découvre qu'en échange le royaume envoie des hommes et des femmes et enfants en esclavage au pays mort. Ceux-ci sont tirés au sort. Kelsea est répugnée quand elle comprend que c'est à ce prix que sa mère a instauré la paix.
La description physique de Kelsea change des codes habituels, elle est décrite comme pas très jolie physiquement et ronde. Elle a de longs cheveux noirs.

Kelsea devient reine du Tear. Libératrice d'esclaves. Intelligente et réfléchie. Elle ne croit pas en la religion mise en place. Elle a pour projet pour son peuple l'alphabétisation à grande échelle et l'impression et la diffusion des livres. Elle veut fonder un gouvernement sur la justice et l'attention portée au peuple.
Kelsea est victime de nombreuses tentatives d'assassinat tout au long de sa vie.
Elle est éprise de Fetch (on dirait) mais celui-ci la trouve fade. Elle va jalouser la beauté de Marguerite originaire de Mortmesne qu'elle a affranchi du Régent. Celle-ci est belle et intelligente.

J’ai remarqué aussi un très bon point ; il n'y a pas de romance ! Et heureusement car l’héroïne n’en a vraiment pas besoin pour s’épanouir, il n’y avait pas de place pour une histoire d’amour et je remercie l’auteure pour ce choix de ne pas en insérer une. Peut-être que certaines relations vont évoluer dans les deux tomes suivants mais en tout cas j’ai trouvé ce tome 1 excellent.

J’ai apprécié la petite touche de fantastique avec le Joyau que possède Kelsea, c’est un saphir qui semble changer de couleur en fonction des émotions de la reine et semble posséder d’étrange pouvoir d’onde de choc. L’auteure ne nous en dit pas trop à ce sujet ce qui laisse du mystère pour la suite.

La multitude de point de vue de la part des différentes classes sociales : Kelsea, reine rouge, le régent, Massue le soldat, Javel le garde des portes, le Fetch, constitue une grande richesse narrative ce qui rend un ensemble absolument passionnant.

La fin est épique comme je les aime, avec la Reine qui fait geste bien bad ass et qui marque les esprits. Dans la suite on espère découvrir le mystère sur les origines de Kelsea, qui est son père ? et en apprendre plus sur la Reine Rouge. La suite a l’air trop bien et j’ai hâte de la lire !


Ce que j’ai le plus aimé :
► Kelsea, une héroïne réfléchie et perfectible, différente
► le rythme est très bon, et même addictif
► un univers passionnant et original

Ce que j’ai moins aimé :
► j’ai tellement aimé l’univers que j’aurais souhaité plus d’informations dessus


Est-ce que je vous le conseille ?
Oui sans hésiter si vous voulez vous lancer dans une trilogie de fantasy. J’ai trouvé ce premier tome très prometteur et très intéressant, l’auteur a vraiment bien pensé son univers et elle sait tenir son lecteur avec beaucoup d’action et des personnages attachants ! 


Citations :
« Le propre du véritable héros, c’est d’accomplir son geste le plus héroïque en secret. Nous n’en entendons jamais parler. Et pourtant mes amis, d’une manière ou d’une autre, nous le savons. » p.99
Passage sur l’histoire du Tearling, p.122
« Un simple livre peut être dangereux, mis dans de mauvaises mains » p.332


En quelques mots :
Gros coup de cœur pour ce premier tome très complet, l’héroïne est intelligente et va se battre pour ses idéaux, Kelsea est une grande reine en devenir. Je ne me suis pas ennuyé une seconde, j’ai adoré en apprendre plus sur l’histoire du Tearling. L’action et le voyage sont très présents dans ce roman.


Ma note pour ce livre :
5/5