vendredi 3 novembre 2017

Alerte Pépite Littéraire : Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Alerte Pépite Littéraire



Titre du livre :
Toute la lumière que nous ne pouvons voir
Auteur :
Anthony Doerr
Editions :
Le livre de poche
Genre :
Roman historique (prix Pulitzer 2015)
Date de sortie :
Octobre 2016 (en poche)
Pages :
696
Thèmes :
Résistance, occupation, guerre, destin de deux jeunes adultes, Saint-Malo, Allemagne

Résumé éditeur :
Véritable phénomène d’édition aux États-Unis, salué par l’ensemble de la presse comme le meilleur roman de l’année, le livre d’Anthony Doerr possède la puissance et le souffle des chefs-d’œuvre.
Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne, du Paris de l’Occupation à l’effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l’existence : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance.
En entrecroisant avec une maîtrise éblouissante le destin de ces deux personnages, ennemis malgré eux, dans le décor crépusculaire d’une ville pilonnée par les bombes, Anthony Doerr dessine une fresque d’une beauté envoûtante. Bien plus qu’un roman sur la guerre, Toute la lumière que nous ne pouvons voir est une réflexion profonde sur le destin et la condition humaine. La preuve que même les heures les plus sombres ne pourront parvenir à détruire la beauté du monde.

Mon avis :
Toute la lumière que nous ne pouvons voir, est un roman historique écrit en 2014 par Anthony Doerr qui a reçu le prix Pulitzer en 2015.

Dans ce roman polyphonique, nous allons suivre le destin de deux personnages principaux Marie et Werner. Ils ne se connaissent pas mais leurs chemins vont se croiser d’une manière inattendue, belle et émouvante. La voix de Marie deviendra la dernière lumière qui éclairera et guidera Werner.
Marie-Laure a 6 ans en 1936 et vit à Paris avec son père, elle a 7 ans quand elle devient aveugle. Son père travaille au musée avec des antiquités et il sera en contact avec le fameux diamant l’Océan de flammes ce qui lui causera de sérieux ennuis.
Werner est un jeune garçon en Allemagne, nous le suivons en 1936 lors du début de la persécution des juifs. Il est doué dans la réparation des radios et très vite un choix s’offre à lui : continuer de travailler à la mine ou intégrer les jeunesses hitlériennes afin de rentrer dans une école d’ingénieur et exercer ses talents et sa passion pour les radios.

« Ouvrez les yeux et voyez ce que vous pouvez avant qu’ils ne se ferment à jamais »

Il y a un troisième personnage important dans cette histoire, c’est le nazi Von Ruppel qui est un chasseur d’objet d’art volé qui sera à la recherche du fameux diamant Océan de flammes.

Comme vous l’aurez deviné j’ai adoré ce roman, le présent de narration m’a surprise au début mais plus l’histoire avançait et plus je le trouvais percutant, de plus il accentue énormément l’immersion dans le récit.
Les chapitres sont courts et on trouve une alternance niveau temporalité (1939-42 // 1944) ce qui je trouve rend la lecture totalement addictive.

C’est un magnifique roman avec des personnages fascinants et de beaux messages délivrés sur la résistance et la bravoure.
Le roman met aussi en avant l’importance de la littérature et son pouvoir d’apporter la lumière. Il est très souvent fait mention de 20 000 lieues sous les mers de Jules Verne car c’est le roman préféré de Marie-Laure et lors de sa fuite de Paris vers Saint-Malo c’est la seule chose qu’elle souhaite emporter avec elle. Vers la fin du récit, le parallèle qui est fait entre la réalité et le roman de Jules Verne est tellement pertinent ! Werner va se retrouver dans une situation très oppressante, tout comme le capitaine Nemo qui vit un double enfermement à la fois dans son sous-marin et sous l’océan. 

J’ai adoré l’écriture de l’auteur, il utilise des phrases courtes et percutantes, les scènes sont très visuelles. L’écriture parait simple mais elle est en réalité très travaillée, ce qui rend le récit magnifique, sans en faire trop, il y a juste ce qu’il faut d’émotions.

Au niveau historique l’auteur met en lumière la prise de Saint-Malo avec les différentes phases qui sont très bien décrites : l’assaut, les bombardements, l’arrivée des américains et la libération. Il met aussi en scène les soldats nazis chargés de traquer les groupes terroristes.

L’histoire prend de l’ampleur et gagne en intensité vers la fin, à partir de la 500ème page la tension dramatique devient prenante au point que j’ai dévoré les suivantes jusqu’à la fin, impossible à lâcher.
Marie et Werner sont des personnages mémorables, touchants et résistants.

Ce roman est un bijou, une merveille à lire, je vous le conseille chaleureusement.

En quelques mots :
Un roman brillant sur le destin de deux personnages fascinants pendant l’occupation allemande en France, une plume sublime,
A lire absolument, ce livre est une pépite !


Ma note pour ce livre :
5/5
Pépite littéraire




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire