lundi 11 décembre 2017

Au revoir là-haut - Pierre Lemaitre




Titre du livre :
Au revoir là-haut
Auteur :
Pierre Lemaitre
Editions :
Albin Michel, Le livre de poche
Genre :
Roman historique
Date de sortie :
Août 2013
Pages :
567
Thèmes :
Première guerre mondiale, amitié, arnaque, escroquerie, vengeance, poilus, après-guerre

Résumé éditeur :
« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d'avantages, même après. »
Sur les ruines du plus grand carnage du XX° siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec Ses morts...
Fresque d'une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d'évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l'après-guerre de 14, de l'illusion de l'armistice, de l'État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l'abomination érigée en vertu.
Dans l'atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

Mon avis :
Ma lecture d’Au revoir là-haut m’a fait passer par différents stades. Entre horreur et dégoût, stupeur et choc, ce qui est sûr c’est qu’une fois qu’une fois passé l’horreur des premiers chapitres et une fois que j’ai entrevu l’intrigue et les enjeux, il m’était impossible de lâcher ce livre.
Dans le premier chapitre nous sommes en novembre 1918 et nous assistons à l’un des derniers combat sur le front. On rencontre le soldat Albert et on assiste littéralement à sa mort, enseveli vivant. C’est une mort horrible. Les descriptions sont insoutenables. L’auteur nous livre les dernières pensées du soldat. Il pense à sa mère, à sa chérie et au lieutenant Pradelle qu'il a poussé au fond du trou. Il lutte jusqu'à la dernière seconde pour respirer.
L’auteur nous met dans l’ambiance et joue avec nos nerfs dès les premiers chapitres, personnellement j’ai aimé être surprise par ces rebondissements.

Nous rencontrons également rapidement le lieutenant Pradelle, nous en avons un portait dès le 2ème chapitre. C’est un aristocrate déchu, le dernier encore en vie de sa famille. Il est prêt à tout pour monter en grade et se refaire un nom glorieux. C’est un homme cruel, une pourriture qui tue sans scrupule.

Et puis dans le troisième chapitre nous rencontrons Édouard. C’est un soldat blessé à la jambe qui est dans le même régiment qu’Albert, ils se rencontrent pour la première fois sur le front, l’un tentant de sauver la vie à l’autre.
Une relation touchante nait entre les deux hommes qui formeront un sacré duo durant tout le roman. Albert et Édouard sont deux survivants mais ils sont tous les deux morts à l’intérieur. Ils vont partager leurs douleurs, Albert s’occupera d’Edouard et le fournira en morphine autant qu’il le peut.

La relation entre Édouard et Albert est complexe et brumeuse, difficilement cernable. J’ai aimé les découvrir et tenter de les comprendre en rentrant dans leur tête.

Comment tirer profit de la fin de la guerre ? Comment continuer à vivre quand on est déjà mort ?

Vous découvrirez comment l’idée d’une arnaque d'ampleur nationale va germer en eux et comment ils vont la mettre en pratique. Avis aux amateurs d’escroqueries, des quenelles vont être glissées de tous les côtés.

L’auteur met en lumière les failles de l'administration, l'hypocrisie des institutions et la corruption.
La guerre a ravagé le pays et les cadavres s’entassent en attente d’une sépulture décente. Certains vont se poser la question de comment en tirer profit. Le lieutenant Pradelle qui représente l’autorité va flairer un bon filon dans le commerce de cercueils tandis que notre duo de Poilus s’intéressera aux monuments aux morts.

L’écriture de Pierre Lemaitre est crue et vulgaire, il retranscrit très bien les paroles des poilus. Malheureusement le style est ce qui m’a le moins plu.
Cependant l’alternance des points de vue Albert/Pradelle apporte un très bon rythme. L’auteur a vraiment un don pour raconter son histoire et pour passionner son lecteur.

Édouard se faisant passer pour mort retrouvera t'il sa famille ? Albert retrouvera t'il Cécile ? Pradelle paiera-t-il un jour pour ses crimes ?

Ce que j’ai le plus aimé :
► La relation ultra complexe entre Albert et Edouard
► Le rythme effréné et l’intrigue qui avance très bien
► L’intrigue est passionnante !

Ce que j’ai moins aimé :
►La plume de l'auteur ne laissera personne indifférent, elle m'a touché mais je ne suis pas fan

Est-ce que je vous le conseille ?
Sans aucun doute. Je vous conseille de vous lancer dans cette lecture sans trop en savoir, les surprises n’en seront que meilleures !

En quelques mots :
C’est un roman historique absolument passionnant et qui mérite son succès. Attention aux âmes sensibles, l’auteur ne nous épargne rien. Les personnages inventés par l’auteur resteront dans ma mémoire notamment Albert et Edouard, deux Poilus fracassés par la guerre.


Ma note pour ce livre :
4,75/5



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire